RETOUR SUR LES 60 ANS

, par Nicolas Goubaux

La cérémonie du 28 juin a été de véritables hommages à ceux qui ont marqué nos vies : Raoul Flori et Alain Bini. La présence des anciens en était la preuve. Également, la présence de certains parents et de leurs enfants, les nouvelles générations, a montré l’intérêt porté à un tel événement. Ces derniers ont, nous semble t-il, bien compris notre volonté de cohérence et d’évolution du club. Même si parfois, cette évolution surprend. Pour exemple, la présentation thématique de Monsieur Brousse, sur la présence du Judo dans la chanson, les bandes dessinées et dessins animés en a dérouté plus d’un. Mais si cela vous a échappé, la vingtaine d’enfants et d’adolescents assis devant l’écran étaient ébahis, l’intérêt y était. La profondeur du discours de Monsieur Brondani, lors de la cérémonie est sans nul doute celui qui mettra tout le monde d’accord au JCC.

Chers anciens, chers parents, les soixante ans, c’était une belle fête, et ce grâce à vous ! L’aventure ne s’arrête pas là, bien au contraire. Dans un contexte actuel, avec une réforme des rythmes scolaires qui bouleverse les emplois du temps et les esprits, le JCC veut encore répondre présent ! Les enseignants ont la volonté de soutenir ses judokas dans ce contexte éducatif qui se veut ludique et individualisé. Vous le savez déjà, l’enseignement dispensé à vos enfants au Club, est emprunt de rigueur, d’assiduité, de recherche du geste juste et d’efficacité au moyen de la répétition et du collectif des pratiquants. Ainsi, nous tâchons de transmettre au mieux les principes fondamentaux de notre discipline : le Judo.

Chers parents, dans le contexte actuel, le Judo n’est pas un paradoxe. Au contraire, c’est un complément, un excellent compagnon de route de vos enfants, que ce soit pour leur scolarité, dans la poursuite de leurs études, ou au cours de leur vie professionnelle. Les anciens pourront, s’ils le souhaitent en attester. Ce ne sera pas facile, mais pas impossible. Nous tenons à nouveau à vous remercier toutes et tous pour vos contributions et votre confiance que nous espérons intactes à la rentrée malgré ces deux mois d’été qui vont nous séparer.

Florence CARRÉ