TAI-SABAKI par Kyuzo Mifune (10ème dan)

, par Robert

TAI SABAKI

de Kyuzo Mifune (10ème dan)
TAI SABAKI a été publié en décembre 1950 dans la revue officielle du KDN.
Conseils pour apprendre le Judo et l’art du « Taisabaki »


Ceux qui apprennent le judo, ne doivent pas seulement entraîner leur corps, mais aussi cultiver leur esprit, à travers la pratique de cet art de self-défense.
En bref ils doivent comprendre par leur propre expérience que le judo est à la fois un principe moral et technique.

Je vais maintenant vous donner quelques vues qui peuvent vous être utiles pour apprendre le Judo. Vous ne devez pas être paresseux, fier, avide, préoccupé ou distrait ; en d’autres termes, vous devez être sincère. Ceci est le « Kokoro » ou l’essence du Judo.

Le mot japonais «  Kokoro » signifie littéralement « obtenir l’esprit », c’est-à-dire, cultiver et conserver l’esprit qui n’est jamais troublé même dans un cas d’urgence.
Ceci peut paraître personnel, mais cette vertu peut à la longue affecter le pays d’un homme qui la possède ou ne la possède pas.

«  Kokoro » qui, en japonais, signifie l’esprit ou le centre, est le plus important dans tous les cas. Il existe naturellement et n’est pas « fabriqué » par l’homme. Il repose au centre, la place la plus importante. Le centre est l’endroit où le « Kokoro » demeure.

« Kokoro » par conséquent est le centre. Chaque chose a son centre. Sans « Kokoro » les choses n’existent pas.

Les choses sont « Utsuwa » ou vaisseaux, réceptacle dans lequel « Kokoro » est déposé.
Quelquefois, l’humain est appelé « Utsuwa » parce qu’il a un esprit en lui.
«  Kokoro » ne se voit pas, mais apparaît sous la forme de réceptacles. « Kokoro » ou le centre des choses est «  Michi » qui signifie « route, chemin » ou « méthode ».
« Michi » apparaît sous la forme de «  Jutsu », l’art ou la technique.
Si vous suivez « Michi » et si vous raffinez, polissez votre « Jutsu », le processus est tout à fait naturel et de grands résultats sont obtenus.
«  Jutsu » et « Michi » marchent ensemble, c’est la loi de la nature.

Pour être sincère dans la vie humaine, l’on doit remplir les conditions dans tous les cas. Si l’art du Judo est pratiqué en tenant compte de ces principes de sincérité, le Judo ne pourra jamais être galvaudé.

Au contraire, si vous êtes esclaves de votre émotion, et faites un mauvais usage du Judo, vous serez accusé par le public et conséquemment vous disgracierez le Judo.
C’est pourquoi les « conducteurs » du Judo disent toujours « Être fort dans la technique du Judo n’est pas suffisant ». Si la force est valable en Judo, c’est parce que la force est basée sur la sincérité.

Les principales connaissances que nous pouvons acquérir par l’emploi de nos yeux et de nos oreilles, ne descendent pas profond dans notre caractère.
La véritable compréhension est acquise seulement par la pratique.
Les mots qui parlent à travers l’expérience ont de la valeur. C’est pourquoi les paroles de MYAMOTO MUSASHI sont encore vivantes dans notre génération.
« Par la pratique du Judo, l’homme peut trouver sa vérité propre ».

Je vais maintenant dire quelques mots sur les techniques du Judo en insistant plus particulièrement sur « Tai sabaki » qui est le fondamental pour toutes les techniques.
Les gens pensent généralement que «  Tai sabaki » signifie simplement « conduire le corps », mais à mon avis, je pense que « Tai sabaki » est un art consommé en lui-même.

« Tai sabaki » est le mouvement fondamental pour marcher en avant, en arrière, etc, et qui conserve notre corps tout entier en état d’équilibre.
Vous devez devenir maître de cet équilibre par une pratique constante, et en faire usage si nécessaire.
« Tai sabaki » est tout ce qu’il y a de plus naturel, par conséquent, un mouvement tout à fait ordinaire, mais en lui repose le secret du Judo.
Si vous travaillez dur pour mouvoir votre corps avec rapidité, vous serez capable de détourner les dangers et capable aussi de prendre l’initiative à la fois dans l’attaque et dans la défense.
« Tai sabaki » ne doit jamais être ignoré.

Du point de vue de l’application scientifique des principes du Judo, le Judo peut être appelé l’art du « HEN-O » ou du meilleur mouvement à chaque instant.
Il est important de posséder ceci à l’esprit «  HEN-O » est l’état mobile de l’esprit lorsque l’ennemi est près. Si vous manquez d’attention vous serez sûrement battu. « Faites toujours face à votre ennemi, mais ne faites jamais face à son attaque ». Ceci est le « HEN ».
Si vous n’êtes pas très vigilant, votre technique ne pourra être exécutée avec succès.

Attaquez sans faiblir lorsque vous avez noté le moment pendant lequel l’ennemi n’est plus sur ses gardes. Ceci est le « O ».
Dans le cas où des ennemis vous environnent de toutes parts, observez celui qui est le plus près, et exécutez sur lui aussitôt l’art qui vous est propre.
Ce « HEN » et ce «  O », cependant, ne sont pas des techniques séparées. La position de « HEN » en un instant en celle de «  O ». Les deux mouvements sont inséparables et se répètent sans intervalle.

L’on doit dire que cet art du « HEN-O » est une variation ou une application du « Tai sabaki » mentionné plus haut. De façon à obtenir victoire, toute personne doit choisir la meilleure méthode.
Judo signifie employer la force de la pensée et du corps de la façon la plus efficace. Il faut l’intention d’avoir le maximum d’effet par le minimum de force. En d’autres termes nous pouvons dire : Judo, c’est avoir une grande réserve de force.

Quand notre force est fixée à un point elle doit être aussi ferme que le roc et quand le mouvement est porté, il doit être aussi rapide que le vent. Si l’attaque de votre adversaire est rude, vous la recevez mollement, et si un autre se déplace légèrement, vous le traitez avec la même légèreté. Ainsi vous vous adaptez à l’adversaire mais en le contrôlant, en réalité.
L’art du «  Tai sabaki » est toujours nécessaire, non seulement en apprenant le Judo mais aussi dans notre vie. C’est la première et la dernière marche du Judo.